Peintures à Mayotte

8 novembre 2012 | by admin | 0 comment

Peinture à MAYOTTE  ET  EBAUCHE DU PROJET LIVRE« COULEURS FEMMES. »

 

Etant peintre « voyageur », depuis que j’habite Mayotte, je  prends plaisir à consacrer une journée à sillonner les chemins de MAYOTTE  et à croquer l’habitat, les paysages  mais surtout les scènes de la vie quotidienne…une fois installée j’entretiens très vite une situation privilégiée avec mes modèles qui finalement peuvent accepter que je réalise leur portait…

Photo1_Mayotte

 

 

Le croquis réalisé sur le motif en quinze minutes:

  Croquis1

  Ce croquis peut être repris à « l’atelier » pour réaliser une œuvre plus élaborée à l’aide de photos. Certains de mes modèles rencontrés sont également venus poser à mon domicile.Au cours de ces moments de pose, mes modèles me font des confidences sur leur destin.Avec leur accord et après leur départ je note toutes ces bribes de vie dont l’essentiel sera retenu pour caractériser la personne et élaborer les textes.

 

Photo2_Mayotte

Peinture dans ma varangue « atelier »

 

 

LE MEDIUM UTILISE :

J’utilise le dessin aquarellé pour peindre sur le motif et pour remplir mes carnets de voyage.

En « atelier » je peins à l’huile. Mais à MAYOTTE, cela me fut plus facile d’incorporer à mes premières valises des bâtons de pastel sec. Je rappelle qu’à chaque siècle des artistes de grande renommée ont utilisé le pastel sec : QUENTIN DE LA TOUR, CHARDIN, VIGEE LE BRUN, MANET, DEGAS, ODILON REDON, PICASSO, MATISSE et aujourd’hui SZAFRAN ou SKIRA assurent son renouveau.

J’ai découvert ce médium grâce à la rencontre d’une grande pastelliste de renommée internationale « CLAUDE TEXIER ».Comme elle j’aime les sensations qu’il procure. Par le contact direct, il permet de rester dans la sincérité et dans l’émotion. On n’a ni à mélanger les couleurs, ni à prévoir de temps de séchage. Selon la pression exercée  par les doigts, il offre toute une gamme de tons, du brut au plus délicat, du gestuel au très graphique, des nuances subtiles aux teintes saturées. Il allie douceur et force.

Le seul problème, c’est qu’il nécessite un encadrement très précis : l’œuvre sera encadrée sous verre, distancée de ce dernier par une entretoise placée en feuillure. Je réalise moi-même mes encadrements. J’ai du suivre quelque cours  pour réaliser un travail de qualité. Bien que cela me prenne du temps après l’achèvement de l’œuvre proprement dite, j’y prends beaucoup de plaisir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *